iNFOS360

Une première, 9, 3 milliards F CFA investis en si peu de temps à Touba pour libérer des milliers de personnes des inondations.

Les impacts des inondations s’atténuent au fond des ouvrages d’évacuation des eaux pluviales dans plusieurs quartiers de la Cité religieuse de Touba. Depuis 2012, les autorités ont construit des ouvrages de stockage et de drainage qui ont libéré des milliers de personnes. La Cité religieuse a bénéficié d’une enveloppe de 8 milliards de francs CFA durant  la phase d’urgence du Programme Décennal de Lutte contre les Inondations. Le chemin est déjà pavé de bons résultats. Mais les  autorités ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin. Le volume des investissements qui est déjà à 9.300.000.000 F CFA sera maintenu. Jamais dans l’histoire du Sénégal un régime n’a investi autant en l’espace de quelques années à Touba rien que pour la lutte contre les inondations. C’est sous le régime du Président de la République, Son Excellence, Macky SALL, que la ville a commencé à avoir des systèmes d’évacuation des eaux pluviales et des eaux usées à l’aune de son poids démographique économique et social.

 

La modernisation des cités religieuses est en bonne place dans l’agenda du Président de la République, Son Excellence Macky SALL. Depuis 2013, un programme spécifique est conçu pour répondre aux besoins particuliers de ces cités religieuses, de Touba, Tivaouane, Médina Baye, Ndiassane, Léona Niassène. Les infrastructures aux traits oscillant entre la modernité et les réalités locales transforment peu à peu ces localités. L’élan de modernisation englobe plusieurs aspects. A titre illustratif, les investissements consentis depuis l’arrivée du Président de la République, Son Excellence Macky Sall au pouvoir ont libéré les zones de «Niarry Etages», de Darou Khoudouss, du Centre de Santé de Ndamatou des eaux.  Ces résultats ne sont pas le fruit d’un hasard. Ils traduisent une volonté politique affirmée des nouvelles autorités d’offrir un cadre de vie meilleur aux populations. Cette volonté est traduite en acte avec la mise en œuvre du Programme Décennal de Lutte contre les Inondations.

La ville de Touba a eu à bénéficier des ouvrages estimés à 8 milliards de francs Cfa rien que pour la phase d’urgence de ce programme. C’est une grande première depuis les indépendances du Sénégal. En réalité, c’est aussi pour la première fois qu’un régime dépense juste après quelques années au pouvoir une enveloppe de 8 milliards de francs Cfa pour une ville. Le Président de la République, Son Excellence Macky Sall est dans le rattrapage du retard des investissements accusés par les régimes précédents dans ce secteur si stratégique.

Un regard dans le passé avant 2012 met à nu les insuffisances notoires dans la prise en charge des questions d’assainissement d’une ville comme Touba qui pèse au plan démographique. Avant 2012, le système d’évacuation des eaux pluviales était presque inexistant. Le dispositif ne comptait que 3 stations de pompage, une à la Grande Mosquée, une au Marché Ocasse, et une à Keur-Niang et un bassin de stockage et d’infiltration à Darou Rahman. Ce système est complété par un réseau d’environ 13 km de collecteurs d’évacuation des eaux pluviales et des ouvrages vétustes.  C’est à partir de 2013 que la Cité religieuse a commencé à avoir des ouvrages à l’aune de son poids démographique et social et religieux. Le réseau s’est densifié avec 18.500 ml de collecteurs avec comme effet immédiat l’atténuation des impacts des inondations. Entre hier et aujourd’hui, il n’y a pas photo pour les populations de Darou Miname, Grande Mosquée, Cimetière, Bibliothèque, Marché Ocasse, Gare Bou Ndaw, Maison communautaire, Centre de Santé Ndamatou, Gare routière Dahra, Darou Khoudoss, Darou Marnane, Darou Rahmane et Keur-Niang.

En plus de la construction d’une nouvelle station à Keur Niang, d’autres stations ont été remises à flot à Touba Mosquée et à Touba Ocasse. A ce paquet ajoutons la construction d’un bassin exutoire d’une capacité de 262.000 m3 sans oublier les aménagements (Pistes d’exploitation en bicouche, rampes d’accès, protection des talus par perrés maçonnés, grillage de sécurité, éclairage par un système solaire, un mur de protection…). Le chemin est déjà pavé de bons résultats. Mais le régime du Président de la République Son Excellence Macky SALL ne veut pas s’arrêter en si bon chemin.

                                                         L’aube d’un avenir meilleur

Le système d’assainissement de la Cité religieuse va se consolider, se densifier. Le volume prévisionnel des investissements en dit long sur cette affirmation des autorités de prendre à bras-le-corps une problématique qui n’avait pas autant mérité des attentions de la part régimes précédents. Il est programmé le renforcement des ouvrages d’assainissement pour un coût global de 1.300.000.000 de francs CFA. Le démarrage des travaux est prévu en mars 2018. Il s’agira de la pose d’une deuxième conduite de refoulement à la station de pompage de Keur-Niang sur 8000 ml pour augmenter la capacité de pompage, la construction d’un deuxième bassin d’infiltration à Ndamatou pour recueillir le trop-plein des eaux du bassin existant.

En somme le coût des ouvrages d’assainissement de drainage des eaux pluviales s’élève à 9.300.000.000 F CFA. Le cap des investissements sera maintenu. Le Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement, à travers l’ONAS va s’attaquer aux points bas de Touba Mosquée, de Darou Khoudoss, de Darou Marnane, de Khaïra, Daroul Rahmane, Halimoul Kabir, de Gouye Mbind, de Darou Miname, de Guédé… C’est  un nouveau point de départ pour des milliers de Sénégalais de Touba. L’amélioration de leur cadre de vie est plus une priorité pour les autorités.

GESTION DES EAUX USEES

Un paquet d’ouvrages de 13.442.322.425 F CFA pour accompagner le développement socioéconomique de la Cité religieuse

 

Les autorités ont aussi posé des actes forts sur le terrain de la gestion des eaux usées. L’Etat sur fonds propres a construit une station de traitement des boues de vidange de 300m3/J à Kadd Balodji, 4 édicules publics soit 48 blocs, 80 sièges pour les ablutions à Darou Khoudoss, Darou Minam, Pentch Serigne Saouahibou et Gouye Mbind.

L’Etat du Sénégal est accompagné dans l’exécution du volet eaux usées du Plan directeur d’assainissement par la BOAD qui a dégagé une enveloppe de 12 147 322 425F CFA pour réaliser la phase prioritaire inscrite dans le Programme d’Assainissement des 10 Villes. Autant dire que les belles perspectives s’annoncent pour les bénéficiaires. L’accès aux services d’assainissement sera à une réalité pour des milliers d’habitants de la Cité religieuse. Les séances d’IEC contribueront à l’appropriation des bonnes pratiques d’hygiène. Ces ouvrages vont prévenir des pollutions des nappes puisque le dépotage ne se fera plus comme auparavant.

Les eaux usées non traitées ne seront pas déversées aux abords des habitations. L’Etat va engager les travaux de pose de 52.097 ml de réseau d’assainissement, de 37.128700 ml de tuyau PVC DN 160 pour les branchements, la réalisation de 657 regards de visite en béton armé, de 5.148 branchements sociaux à l’égout et de 03 stations de pompage des eaux usées, la construction de d’une station d’épuration de type lagunage et de 50 édicules scolaires.

En somme pour l’assainissement des eaux usées de Touba, 13.442.322.425 F CFA seront injectés pour la réalisation des ouvrages qui auront des impacts sur le quotidien des populations  de  Touba Mosquée, Daroul Rahmane, Darou Salam, Marché KharYalla, Boukhatoul Moubaraca, Al Azar, Daroul Tanzil, DianatoulMahwa, Halimoul, DianatoulNahim, Daou Khoudoss Sud, Khaïra, Ndindy Abdou, Darou Khoudoss Nord, Daroul Miname, Darou Marnane et l’Université.