Dans une interview au Financial Times, Macron a également déclaré que sans un tel fonds, les populistes prévaudraient en Italie, en Espagne, ainsi qu’en France et ailleurs.

Les nations européennes n’ont «pas d’autre choix» que de créer un fonds qui pourrait «émettre une dette commune avec une garantie commune», a déclaré le président français Emmanuel Macron au Financial Times.

S’exprimant via un lien vidéo depuis le palais de l’Elysée, le président français a déclaré que le bloc européen est confronté à un «moment de vérité» où il devrait décider si l’union est plus qu’un simple marché économique.

Selon Macron, l’absence de terrain d’entente pendant la pandémie pourrait susciter un mécontentement populiste dans certains pays européens.

Le chef de l’Etat français estime que l’UE pourrait s’effondrer en tant que « projet politique » à moins qu’elle ne soutienne ses confrères qui ont le plus souffert du coronavirus, comme l’Italie.

« Si nous ne pouvons pas faire cela aujourd’hui, je vous dis que les populistes gagneront – aujourd’hui, demain, le lendemain, en Italie, en Espagne, peut-être en France et ailleurs », a-t-il déclaré. «Je crois que [l’UE] est un projet politique. S’il s’agit d’un projet politique, le facteur humain est la priorité et il y a des notions de solidarité qui entrent en jeu. . . l’économie en découle et n’oublions pas que l’économie est une science morale ».

La France est à la pointe de la mise en place d’un fonds commun de 400 milliards d’euros pour atténuer les répercussions économiques des régimes de verrouillage imposés dans l’Union européenne.© AP PHOTO / MARKUS SCHREIBERL’Union européenne risque de s’éteindre – Paolo Gentiloni, commissaire européen chargé de l’économie

Alors que plusieurs pays, y compris les pays les plus durement touchés par les coronavirus tels que l’Italie et l’Espagne, sont favorables à la création d’un tel fonds, d’autres pays, dont l’Allemagne, les Pays-Bas et d’autres pays d’Europe du Nord, s’y opposent en faisant valoir qu’il alourdirait leurs contribuables, qui devra être responsable des emprunts des autres États.

L’Europe est actuellement la région la plus touchée au monde par le nouveau coronavirus, comptant 1 013 093 cas selon les données fournies par l’Organisation mondiale de la santé à 19h00 CEST