L’année 2020 est devenue la première depuis des décennies au cours desquelles l’économie chinoise s’est rétractée, rétrécie principalement par les effets de la pandémie mondiale COVID-19 qui a plongé les entreprises et l’industrie du pays dans la crise.

Pékin ne fixera pas d’objectif numérique pour son produit intérieur brut pour 2020, pour la première fois depuis des années, selon le texte d’un rapport de travail du gouvernement du Premier ministre Li Keqiang au Congrès national du peuple en Chine. »Nous ne fixons pas l’objectif spécifique de PIB principalement en raison de la pandémie mondiale et des grandes incertitudes sur l’économie et le commerce. La Chine est confrontée à des facteurs imprévisibles dans son développement », a déclaré Li dans son rapport.

Li a expliqué que la décision était principalement motivée par l’incertitude créée par la pandémie de coronavirus. »C’est parce que notre pays sera confronté à certains facteurs difficiles à prévoir dans son développement en raison de la grande incertitude concernant la pandémie de COVID-19 et l’environnement économique et commercial mondial », a-t-il déclaré.

Le gouvernement visera un taux de chômage urbain de 6%, contre 5,5% l’année précédente, visant à créer plus de 9 millions de nouveaux emplois urbains au cours de l’année. »Plus précisément, nous avons fixé les objectifs suivants: plus de 9 millions de nouveaux emplois urbains, un taux de chômage urbain évalué à environ 6% et un taux de chômage urbain enregistré à environ 5,5% », indique le rapport.

L’objectif de déficit budgétaire du gouvernement central de 3,6% du PIB a été fixé cette année, contre 2,8% l’année dernière, offrant ainsi plus de marge de manœuvre pour faire face aux conséquences de la crise des coronavirus .

Par ailleurs, les autorités chinoises à tous les niveaux ont été invitées à réduire les dépenses budgétaires pendant la crise économique. »Les gouvernements à tous les niveaux doivent vraiment resserrer leur ceinture. Le gouvernement central prendra les devants en s’engageant à une croissance négative de ses dépenses budgétaires, avec une réduction de plus de 50% des dépenses sur les postes non essentiels et non obligatoires », indique le rapport. m’a dit.

Un billion de yuans sera débloqué cette année dans de nouveaux « bons du Trésor spéciaux » et les mesures de réduction des impôts devraient rester effectives jusqu’à la fin de l’année. »Cette année, le déficit budgétaire ne dépassera pas 3,6% du PIB. De plus, des obligations publiques d’une valeur de 9 000 milliards de yuans seront émises pour lutter contre la pandémie de COVID-19″, selon le rapport.

La Chine s’est également déclarée prête à « renforcer la coopération internationale » dans la lutte contre la pandémie de coronavirus et à œuvrer à la stabilisation de l’économie mondiale affectée par l’épidémie. »Face à la crise de santé publique, à la grave récession économique et à d’autres défis mondiaux, tous les pays devraient travailler ensemble. La Chine est prête à travailler avec d’autres pays pour renforcer la coopération internationale en matière de contrôle du COVID-19, promouvoir la stabilité de l’économie mondiale, faire progresser la gouvernance mondiale et défendre le système international avec les Nations Unies en son cœur et un ordre international fondé sur le droit international « , a déclaré Li dans le rapport.

En tant que nation à l’épicentre de la pandémie, la Chine a été le premier pays à imposer des fermetures pour aider à ralentir la propagation de la maladie mortelle. En 2020, l’économie chinoise a reculé pour la première fois depuis des décennies. L’année dernière, le PIB chinois aurait augmenté de 6,1%, améliorant la fourchette cible officielle de 6 à 6,5%.