Au lendemain de la vague verte aux municipales, Emmanuel Macron reçoit ce lundi à l’Élysée les 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat. Il les avait chargés, il y a un an, de réfléchir à des solutions contre le réchauffement climatique. Suivez en direct l’intervention du président français. 

La rencontre était prévue de longue date, mais elle tombe à pic. Au lendemain de victoire des écologistes dans plusieurs grandes villes de France, Emmanuel Macron accueille à l’Élysée, le 29 juin, les 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat (CCC). Venus des quatre coins du pays, ces Français tirés au sort avaient été chargés l’an dernier de réfléchir à un « paquet » de solutions contre le réchauffement climatique.

La réunion a été introduite par Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique, qui a salué une « innovation majeure pour notre démocratie » menée par les 150 qui « ont fait preuve d’un engagement sans faille et ont démontré qu’ils voulaient agir pour leur pays ». Six membres de la CCC tirés au sort ont ensuite pris la parole pour défendre les 149 propositions nées de leurs travaux.

Puis le président a pris la parole, assurant d’emblée qu’il tiendrait son contrat moral, promettant de « transmettre » la totalité des propositions de la convention citoyenne pour le climat, à l’exception de trois d’entre elles, sur 149.  

Emmanuel Macron très attendu 

Le président était très attendu, et il le savait. « On a rempli notre part du deal. On attend donc qu’Emmanuel Macron respecte son engagement à son tour », a tweeté la CCC ce lundi avant le discours du président.

« Le groupe est très fier et honoré d’être reçu ici [à l’Elysée]  après neuf mois de travaux très intenses. Il y a eu beaucoup de remises en question, beaucoup de doutes et d’énergie investie dans tout ça. C’est un accomplissement fort d’être là aujourd’hui », explique à France 24 Amandine Roggeman, membre de la CCC.

« Mais on a aussi beaucoup de pression après la vague verte de dimanche. Je sais que l’on est attendu aussi à notre niveau. Et ce qui se passe aujourd’hui est le syndrome d’un moment politique très fort et qui nous dépasse », analyse-t-elle. 

La Convention pour le climat reçue à l’Elysée : « C’est un accomplissement fort pour nous »

Référendum, réduction de la vitesse sur la route : des propositions qui font débat 

Après avoir travaillé durant neuf mois, les membres du CCC ont rendu le 21 juin, leurs 149 propositions pour réduire de 40 % les gaz à effet de serre en France d’ici à 2030, le tout dans un souci de justice sociale. 

Parmi les mesures phares sur lesquelles elle a travaillé : la CCC appelle l’exécutif à soumettre à référendum l’introduction de la lutte contre le réchauffement climatique dans la Constitution et la création d’un crime « d’écocide ».  Mais cette piste ne recueille guère de soutiens dans la classe politique, notamment au sein de la majorité, qui plaide plutôt pour une consultation sur des propositions plus concrètes de la Convention.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaineJe m’abonne

L’une d’elle fait particulièrement débat : la réduction de la vitesse maximale sur les autoroutes de 130 à 110 km/h. Deux ans après la polémique sur les 80 km/h, elle est la seule à être massivement rejetée par les Français, selon des sondages. Ainsi, si 62 % des personnes sondées la semaine dernière par Odoxa approuvent globalement les propositions, la proposition est décriée, elle, par 74 % d’entre elles.

Des propositions jugées « extrêmes » mais toujours « insuffisantes »

Dans leur rapport, les membres de la Convention reconnaissent que certaines de leurs propositions « peuvent sembler extrêmes », mais avertissent qu’elles risquent d’être « encore insuffisantes pour atteindre l’objectif de réduction d’au moins 40 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030 » que leur avait fixé l’exécutif.

Si elles sont retenues, leurs propositions auront un impact sur la vie économique et quotidienne puisqu’elles portent sur la rénovation thermique globale et obligatoire des bâtiments, la réduction de la place de la voiture individuelle, la taxation de l’alimentation ultra-transformée ou l’interdiction des semences OGM ou des terrasses chauffées…